was successfully added to your cart.

Trip sud-américain pour les premières EWS

By mercredi 18 mai 2016Courses, Voyages

Trip sud-américain pour les premières EWS

 

Après un hiver long, neigeux, froid, sec, pluvieux, brumeux… Il était temps de s’envoler vers de nouvelles destinations exotiques pour trouver un peu de soleil 🙂 Direction le Chili et l’Argentine pour les deux premières manches des Enduro World Series.

Aussitôt arrivés avec mon manager Bruno Delabre et ma coéquipière de choc Isabeau Courdurier on n’a pas tardé à enlever les pulls, pour enfiler shorts et débardeurs. Au programme, grand soleil et installation dans nos appartements avec pleine vue sur l’océan Pacifique.

Une fois les vélos montés, on n’attend pas, on part dans les bois dérouler après un long voyage de plus de 30 heures. Les premières minutes sont très chaudes, on transpire très vite, pas facile… Mais heureux d’être là.

Le moment tant attendu arrive, les recos de cette première manche des world series. Deux journées pleines, 5h de vélo, 30C°, on découvre chaque spéciale et ça va vite, très vite. Les descentes sont très variées, entre sous-bois techniques et  parties à plus de 60km/h. On se régale, mais on y laisse un peu de jus. Au matin de la première journée de course, les jambes sont déjà dures et il va falloir s’envoyer encore 100km pour le weekend. La motivation est là, le physique un peu moins !

De mon côté c’est dur, après être resté 4 mois avec une main cassée, et uniquement 4 semaines d’entrainement, les sensations ne sont pas les meilleures, mais le coup de guidon est bon. De son côté Isa, se bat avec les meilleures filles et monte sur son premier podium de l’année , une première pour la marque SUNN. C’est que du bonheur pour tout le team.

Dès le lundi, après une course folle de 200km en 4jours et plus de 20h de vélo, on enchaine avec une longue journée de route direction Bariloche, en Argentine.

A notre arrivée, on y trouve une petite station montagneuse au pied d’un immense lac, avec une vue imprenable depuis le sommet. Cette fois-ci on embarque dans les lifts pour des recos qui font plaisir à tout le monde. Le parcours est moins dur physiquement, et les descentes ultra techniques. Les visages sont remplis de sourires et de poussière… Ici, le sol est recouvert d’une couche de poussière dans laquelle on « s’enfonce » jusqu’aux moyeux ! Parfois, en roulant, il nous arrive d’avaler la poussière par la bouche… Assez extrême et inédit !

La course est folle, tout le monde tombe, il y a des passages extrêmes. C’est du régal, mais il devient parfois impossible de piloter le vélo face à des ornières ultra profondes, où l’on ne distingue pas les « trous de freinage » à cause d’une poussière épaisse. C’est assez dingue , plaisant à rouler mais très difficile de trouver un rythme de course. La main est toujours douloureuse mais je suis super content de pouvoir enchainer les runs et de sentir que ça va de mieux en mieux. Cette blessure appartient désormais au passé.  Isa monte sur son deuxième podium, et moi je trouve mon rythme petit à petit, malgré pas mal chutes. Le physique est perfectible, mais c’est sur la bonne voie !

Il est déjà temps de plier bagage et de penser à la 3ème manche en Irlande. Quatre petites semaines d’entrainement nous séparent de cette prochaine manche. Ca sera l’occasion de se préparer correctement, et de se fixer un réel objectif.

VIVEMENT LA PROCHAINE  !!!!

CIAO LES AMIGOS 😉

2 Comments

Leave a Reply